Chroniques du loup gris

Cette section raconte les aventures de :

  • Gwion l'Ambeanamos
  • Lôchetos le Llawenos
  • Malala Soa la Shangharah
  • Margs le Bhegelm
  • Owain le Gwyliwir
  • Rudolf le Skell
  • Sawrina La Nayane
  • Tiberius l'Astartes
  • Yan Zin le Seibahkami. Telles qu'elles ont été rapportées.

Miz Kerzu du 720° cycle du calendrier Alcante

Feurm Brelez

1 Miz Kerzu

Gurvand Madeg (Mestr de Feurm Brelez  ), Meloir Mordelet (Garde du corps), Morwenna Moisan (Princesse)
Un nouveau mois, et Lôchetos souffre toujours autant de sa hanche qui ne semble pas s'infecter. Il boîte et les douleurs le réveillent la nuit. Le matin est glacial malgré un ciel dégagé. Un petit vent froid, rappelle que le Géant Gohan de l'Hiver est au porte du monde. Lôchetos, voyant que le repos ne suffit pas à améliorer son état de santé, décide d'essayer de trouver quelqu'un de compétent qui pourrait examiner sa blessure. Il s'adresse dans un premier temps au maître des lieux et lui demande si un des habitants pourrait faire l'affaire. Gurvand Madeg lui répond par la négative mais l'informe qu'il existe bien un soigneur qui vit dans les bois et qui vient à l'orée lorsque l'on pose des offrandes près d'une statue en bois de la déesse Sheggothlil. Gwion assistant à la conversation précise que "Sheggothlil, déesse du temps, est décrite dans les légendes comme une femme d’aspect vielle et recroquevillé, mais qui possède 3 visages : un vieux, un jeune et un adulte. Sur tout ces visages, elle n’a aucun œil mais possède une multitude de trou semblant pouvoir accueillir des yeux. Elle ne possède que 2 yeux, qu’elle peut bouger de place sur son corps pour pouvoir regarder derrière et devant elle. Dans les légendes, il est dit qu’elle les à retiré à sa mère à la naissance. Elle a des ongles faisant une bonne trentaine de centimètre. Cette déesse se délecte des joies de voir la vie éphémère des mortels s’échapper de leur corps comme une eau s’échappe d’une outre percée. D’ailleurs cette déesse est l’origine de l’immortalité des dieux et de la mortalité des mortels."
Cette déesse est une divinité primaire, elle demande des offrandes importantes. Inquiet Lôchetos demande à Gwion ce qu'il entend par offrande importante. Celui-ci lui répond que la déesse connait le fond de notre âme et que chaque offrande est à la hauteur de ce que l'on peut donner. Cependant, une offrande d'une valeur de 15 po serait bienvenu. Enfin, est-ce que la déesse est une puissance protectrice ou destructrice? A cette question, Gwion répond avec un sourire en coin : "Cela dépend pour qui". Le reste de la journée se déroule sans évènements particuliers. Après avoir partagé une soupe agrémentée avec des morceaux de lards fumés et du pains d'épeautre, la ferme s'endort sous la surveillance des gardes sur les remparts. Gwion part s’adresser à Morwenna. « Hélas, je dois m’absenter quelques instants dans le Nord pour des affaires importantes. Je serai revenu dans une demie lune. Tâchez de survivre en mon absence encore un petit moment. » Gwion se lève discrètement en pleine nuit et se rend à l'écurie où il selle un cheval vieux cheval à la robe brune qui n'avait plus l'air de servir. Le menant par la bride, il ouvre les portes nord de la ferme et s'enfonce dans la nuit.

2 Miz Kerzu

Korydwen Gourvil (Guérisseuse)
Lôchetos, après une nouvelle nuit blanche à souffrir de sa hanche a pesé le pour et le contre cette nuit. Il sait quels peuvent être les effets d'une telle blessure si elle n'est pas prise en charge assez vite. Il décide donc au levé du Soleil, d'aller déposer son offrande au pied de la statue de la déesse et s'adresse à cette dernière à travers une prière. Après un long moment de méditation et de supplications, il s'installe adossé contre un vieux chêne et se revêt d'une couverture. Le temps est au brouillard ce matin et l'orée de la forêt est nimbée de mystères.
Maintenant qu'ils sont arrivés depuis plusieurs jours, Yan Zin a pu explorer les environs et donc diminue ses patrouilles. Il ne patrouille plus que le matin. Il part au soleil levant chercher un peu e tranquillité intérieure, et repart le soir avant d'aller manger pour regarder le soleil se coucher et ensanglanter les cieux.
Lors de ses patrouilles, il s'entraîne assez intensément aux manœuvres complexes à cheval. Discret, il n'a pas été remarqué et quand il est assez loin de la ferme fortifiée, pour ne pas être épié et qu'il est sûr d'être seul. Il s'est mis en quête d'une clairière pour en faire son havre de paix et son dojo d'entrainement mais aucun lieu de lui convient actuellement. De plus, il médite beaucoup lorsqu'il ne patrouille pas ni ne s'entraîne. Au cours de ses méditations il ressent une sensation en lui. Il se sent enfin prêt à s'entraîner pour rejoindre la caste Seibahkami à laquelle il se destine depuis toujours. Il alterne l'entraînement et la méditation, essayant par de ressentir son environnement avant de porter un puissant coup de son sabre. Il tente de tirer à l'arc en se basant sur ce qu'il ressent de l'environnement, visant un point, fermant les yeux avant de tirer. Tous ces entrainement, pour essayer d'obtenir le geste parfait qui le mettrait en harmonie avec l'univers.
Voulant pratiquer la calligraphie, il s'est mis en quête de trouver les outils mais aucun ne convient à la ferme car il n'y a pas de fines feuilles de riz mais de grossières peaux de chèvre ou des tablettes d'argile. En attendant, il s'exerce dans le sable.
La nuit vient de tomber et Lôchetos se sens glacer, posé contre son arbre. Sa hanche le fait toujours souffrir et une grande lassitude l'envahie lui faisant renoncer de rentrer pour la nuit à la ferme fortifiée.
"Vous ne pouvez pas restée là, vous allez prendre froid" dit une voix chevrotante en Khern, "Vous avez demandé de l'aide à la déesse, je l'ai entendu, alors me voici" Lôchetos se retourne et découvre une vieille femme toute recourbée, écrasée par l'âge. Il lui demande si elle est la guérisseuse mais celle-ci secoue la tête en grommelant et repart en dans les bois en claudiquant et en s'appuyant sur un bâton.
"Suivez-moi, les nuits sont froides"
Lôchetos se redresse le rapidement que lui permet la douleur et emboite le pas de la vieille femme. La buée sort de la bouche à chaque respiration annonçant une nuit particulièrement froide. Dans le lointain, des Ank'houen, chouettes blanches qui accompagnent les esprits des morts.
"Vous disiez m'avoir entendu, êtes vous une adepte de Sheggothlil ?" demande Lôchetos. La vieille femme se retourne vers lui et ricane, dévoilant une dentition sommaire à la lumière du clair de lune. "Adepte de Sheggothlil? Pour quoi faire? Ne devrais-je pas vénérer aussi Ylohane?" dit-elle en montrant le disque blanc de la lune. "Je me nomme Korydwen Gourvil, Gourvil c'est mon nom de naissance". Elle ricane.
"Les hommes n'ont pas été assez courageux pour vivre à mes côtés. J'ai été belle, n'en doutez pas et vous verrez, vous aussi le temps vous rattrapera, car c'est la volonté de Sheggothlil".
Le Meldète balbutie quelques mots sans trop de sens expliquant que son éducation religieuse est assez limitée et finis par dire :
"Je suis ravi de vous rencontrer Korydwen Gourvil, je suis Lôchetos, fils de Taranos et de Qwyya du clan Lugeto"Lorsque la vieille femme s'arrête de marcher, la lune est désormais bien haute dans le ciel. Lôchetos remarque une petite cabane enfoncée dans une doline. Une cheminée en pierre dépasse d'un toit de branchage hors d'âge d'où s'exhale une fumée bleutée. Elle écarte des fagots qui servent de porte d'entrée et fait signe d'entrer.
"N'ayez pas peur! C'est bien pour ça que vous êtes là?" et elle pénètre dans la cabane Lôchetos observe la lune quelques instant et rentre en ce disant que les Khernaës ont finalement des dieux bizarres. Pourtant, cette vieille femme laisse une impression de confiance au Meldète et la cabane, quoique basse de plafond et sombre, l'aménité du lieu est apaisante.
"Asseyez-vous prêt de la cheminée" dit-elle en versant un breuvage dans une écuelle. "Détendez-vous, je vais regarder votre blessure et préparer mes fumigations". Loin d'ici, emmitouflée dans son manteau et après avoir renoncé à faire un feu avec les branches givrées, Gwion se demande s'il a fait le bon choix de partir. Pendant ce temps, dans la cabane de Korydwen, Lôchetos s'installe tranquillement et s'abreuve. La vieille femme a allumé ses bâtons de fumigation et entame une drôle de cérémonie et psalmodiant. S'interrogeant sur les divinités Khernaëes, la guérisseuse répond de façon laconique qu'Ylohane est la plus importante car elle a sauvé et libéré les Khernaës après la révolte des bêtes contre les dieux. Mais elle précise que les dieux sont nombreux et que si les grandes divinités des mythes fondateurs n'ont plus de réalité sur la terre de Douaratil, de nombreuses autres divinités de plans vibratoires plus bas existent toujours bel et bien et côtoient même quelques fois les hommes. Lôchetos finit par trouver le sommeil.

3 Miz Kerzu

Korydwen Gourvil (Guérisseuse)
Lôchetos est transporté au travers la nuit, projeté entre les arbres à une vitesse folle, sans être maître de ses déplacements tandis que des esprits cherchent à se saisir de lui.
Encerclé de toute part, il essaie de crier mais aucun son ne sort de sa gorge, de repousser les esprits mais ses membres restent immobiles comme si son âme n'était qu'observatrice de son corps.
Le peu de lumière qui subsistait commence à s'estomper et le jeune Meldète se sent partir.
Une voix résonne alors autour de lui, comme si elle venait de toutes les directions du bois.
"Suivez-moi, les nuits sont froides", entend-t-il tandis que ces paroles, au son de la voix de Korydwen Gourvil, semble réveiller la Lune qui apparait, seule dans le ciel sombre sans étoile et chasse de sa puissante lumière les esprits. Extirpé de son rêve par ce soulagement, Lôchetos regarde sa hanche et constate qu'un gros cataplasme est posé sur sa peau. Une douce sensation de chaleur en émane et le silence de son corps lui indique que sa blessure ne lui fait plus mal. Après un instant d'appréhension, le Meldète se lève et constate qu'il n'a plus mal.
"Les esprits te réclamaient depuis plusieurs jours, il n'a pas été aisé de faire une transaction avec eux, mais j'ai réussi", se félicite Korydwen. Assise sur un petit tabouret, elle ressemble a gnome ratatiné.
Redevable pour cette étrange nuit salvatrice, Lôchetos sort de la cabane et va ramasser des branchages pour alimenter le feu de la vieille femme. Dans sa tête, il ne peut s'empêcher de penser à Sheggothlil et se demande si la divinité est réellement intervenue en sa faveur.
De son côté la nuit de Gwion a été paisible à la belle étoile. S'étant rendu compte qu'il était parti sans aucune ration, il décide de faire une petit feu et trouve un noyer. Que les esprits soient loués, tous les écureuils et les rats du périmètre n'ont mangé toutes les coques tombées au sol.
Ces quelques noix ne comble pas sa faim grandissante et Gwion décide de s'arrêter à la prochaine ferme pour acheter un pain et un peu de viande séchée. "Demain, pense Gwion, je me léverai avant l'aube et j'irai chasser puis vendre le potentiel fruit de cette activité à la ferme la plus proche"
"Là-bas je prendrai des rations de nourriture"
Du côté de la ferme fortifiée, la journée passe paisiblement. Tiberius aide au four à pain. Owain sort chasser quelques gibiers à l'arc mais les temps sont durs. Morwenna passe beaucoup de temps avec Ewan qui commence à lui prodiguer les enseignements religieux des Beghelms de Kernac sous l'oeil et l'oreille attentifs de Margs qui veille au respect des Leznens, ces lois orales qui ont valeur de jugement.
Rudolf se rend utile aussi à la ferme en passant une grande partie de sa journée à fendre du bois à la hache. Dans la forêt, Lôchetos par en quête de vivres pour remercier la vieille femme. Il repère de bon champignons et en cueille un plein panier. Dans un ruisseau alentour, il capture quatre belles écrevisses et sur le retour, un vieux pommier supporte encore quelques pommes sur ses branches.
les divinités pensent à tout et nous combles de leurs bienfaits, pense Lôchetos sur le retour. Il repasse par la cabane mais la vielle femme ne s'y trouve plus. Il laisse les victuailles avant de reprendre le chemin de la ferme fortifiée. A l'orée du bois, il n'omet pas de laisser une petite offrande, fruit de sa cueillette, au sanctuaire de Sheggothlil. Lorsqu'il arrive à la ferme, il voit Yan Zin qui le toise. Celui-ci remarque sa démarche qui n'est plus marquée par la souffrance. De sa face fermée et sévère, il fait un signe d'acquiescement et emboite le pas du Meldète.

4 Miz Kerzu

Alors que la vie s'écoule lentement à la ferme fortifiée, Gwion se réveille tôt pour tenter de tuer un petit animal pour se nourrir.
"Si j'avais travaillé le tire à l'arc avec l'autre avec sa face aplatie", peste l'Ambeanamos. Les quelques tirs tentés ne touchent pas leurs cibles et deux flèches sont ainsi perdues, brisées contre des pierres. Une corneille, outrée d'avoir été prise pour cible invective l'infortuné chasseur.
Tant pis, je tenterai ma chance à la prochaine ferme Quelques heures plus tard, le sombre cavalier sorcier arrive près d'une ferme. Une famille est en train de travailler dans les champs à gratter la terre pour glaner des glands. Les enfants ramassent des branchages.
"Hola" lance le sorcier.
"Hiiiiiiiiiii" répondent les enfants qui s'enfuient.
Le fermier arrive en courant avec son outil brandit.
"Hola" lance une nouvelle fois le sorcier, "Je cherche à manger, peut-être puis je rendre service en chassant un mauvais esprit ou soigner une verrue en échange d'un bol de potée?"
"La seule verrue que je vois est postée sur un cheval" dit le paysan peu commode.
"C'est un non alors?"
"On veut pas de Sorser et autres maléfices par chez nous"
Gwion ne répond pas et reprend son chemin vers l'est en espérant trouver quelques racines à croquer.

5 Miz Kerzu

A la ferme fortifiée, tout va bien, certains d'entre vous ont été surpris de voir Rudolf jouer de la flûte et répéter des tirades dans son coin comme s'il préparait un spectacle. Il chante dans sa langue nordique qui a de belle consonances. Sur la route de l'ouest, le tableau est moins réjouissant. Gwion regarde avec envie son cheval brouter de la mousse sur les troncs d'arbres. Ses tentatives de chasse n'ont encore rien donnée et deux nouvelles flèches se sont perdues dans les bois. Il ne lui en reste désormais plus que onze. Il décide de tenter se chance dans un cour d'au. La recherche de nourriture dans le torrent a été vite abandonnée car l'eau, très froide, a glacé les mains et les pieds de l'Ambeanamos. Gwion se remet donc en route avec des légers étourdissements. Il tremble de froid et se fait la promesse de faire des offrandes aux prochain sanctuaire de divinité qu'il rencontrera. Encore devrait-il avoir des offrandes, il sait que les dieux sont exigeants.
En désespoir de cause, Gwion s'arrête au bord de la route près d'un petit sanctuaire de Sathyakurm’de. Cette divinité n'était peut-être pas la plus adaptée pour demander de l'aide mais la faim tenaillait vraiment le ventre de Gwion. Le Meldète dépose cinq pièces d'or et s'arrête pour prier. Ceci fait, il reprend son chemin, en quête d'un abris pour la nuit. Longeant depuis plusieurs jour l'orée de la forêt de Koaddon, l'Ambeanamos garde espoir car il sait que si rien de lui arrive, il sera demain soir dans la province marécageuse de Geunddon et pourra enfin solliciter l'aide que ce maudit khernaës ne lui ont pas fourni jusqu'à présent.

6 Miz Kerzu

Sathyakurm’de aurait-elle entendu les prières de Gwion? Ce qui est sûr, c'est que le jeune chevreuil, trop peu méfiant qui s'est approché du campement est une aubaine que Gwion ne manquera pas. Il prend son arc lentement en écartant sa couverture recouverte de givre. Il prend doucement une flèche et bande son arc. Son regard de nacre rencontre celui de l'animal. Le chevreuil bondit mais la flèche le frappe en plein coeur. Gwion découpe rapidement l'animal. Il récupère les cuissots qu'il emballe dans des tissus. Il boit un du sang chaud pour se revigorer. Il sent cette vie l'envahir comme un élixir de jouvence. Il retire ensuite le coeur et les reins, qu'il offre à Sathyakurm’de pour la remercier. Il laisse le reste de la carcasse pour les corbeaux et les loups. Gwion reprend son chemin et finalement, atteignant un petit bourg Meldète, il négocie la cuisson d'un morceau de chevreuil en échange d'un cuissot. Gwion attend à l'extérieur du bourg pour éviter des réactions hostiles, mais on lui fait l'hospitalité et il lui est servi une compote chaude de pomme et du vin épicé, et une couverture sèche lui est amené. Gwion reprend des force et repart en début d'après midi vers les marécages de Geunddon.
Il faut connaître les bonnes routes et les passages sûr, mais les Meldètes de la région sont habitués aux pièges de ce marais et Gwion se présente le soir à son village natal. Il se présente immédiatement auprès de Siarl Dylluan dit le Hibou, son maître et lui offre le meilleur cuissot de chevreuil.

7 Miz Kerzu

Dormir auprès d'un feu, et au sec, Gwion croyait avoir oublié ce confort. Le jeune apprenti passe une grande partie de sa journée à échanger avec Siarl Dylluan dit le Hibou, son maître. Il comprends qu'il va être initié aux premiers rituels et qu'il va désormais devoir suivre sa propre voie. Un mélange d'excitation et de tristesse l'envahit. Il profite de ses derniers moments avec son maître, ensuite, il sera son égal et même son concurent.
Pendant ce temps, à la ferme fortifiée de Feurm Brelez, la vie suit son cour. Owain et Yan Zin partent régulièrement à la chasse. De nouvelles traces ont été trouvées, et des bandes armées maraudent dans la région.
Tiberius apprend avec intérêt qu'un marchand doit passer par la ferme le lendemain. De son côté Lôchetos passe du temps avec les gardes et s'assure que la ferme ne présente pas de faiblesse. Il y a une quinzaine de garde qui vont et viennent dans la ferme. Vers midi, Lôchetos quitte la ferme avec quelques victuailles et décide de se rendre chez Korydwen Gourvil pour aider cette vieille femme à préparer l'hiver.
"Ah? Je me demandais quand allais tu pointer le bout de ton nez?" s'exclame la vieille femme en voyant Lôchetos arriver. "Ma hanche va mieux" "Je sais" La vieille femme accepte de bonne grâce les victuailles qu'amène le Meldète.
"Nous irons nous promener dans les bois et je te montrerai quelques plantes utiles", déclare la vieille femme.
Dans l'après midi, Lôchetos et Korydwen partent dans les bois et reviennent les paniers chargés de leur cueillette de l'après midi. Le Meldète en profite pour avertir la vieille femme que des maraudeurs agissent dans la région.

8 Miz Kerzu

Le lendemain, Gwion accompagne son maître dans une caverne à proximité du village. Sur place, il est initié aux derniers secrets qui font de lui désormais un Ambeanamos. Il est présenté aux dieux lors d'un rituel. Il lui est enseigné les rituels de base qui lui permettront de débuter sa carrière.
Gwion étudie toute la journée à la lueur d'une lanterne. Il se rend compte qu'il n' pas dormi lorsque le chant du coq se fait entendre à l'extérieur de la caverne.

9 Miz Kerzu

Le soleil se lève et embrase de sa lueur ensanglantée l'entrée de la caverne. Gwion épuisé par ce long temps d'étude décide de s'enrouler dans une couverture et de dormir un peu. Il rassemble quelque branches, se concentre et tend la main. Le feu démarre. Le sort est compris.

10 Miz Kerzu

Gwion passe la dernière journée avec son maître et prends quelques maigres rations pour le voyage du retour. Cette journée permet d'échanger et de prier ensemble une dernière fois les divinités locales pour s'assurer un voyage en sécurité. Gwion sait qu'elles sont capricieuses mais cette fois-ci, il a pensé à prendre de quoi se nourrir et il ne craint plus désormais le froid car il sait maintenant allumer un feu dans n'importe quelles conditions climatiques. Il emballe les doses de Cépates qu'il a cueilli, plante rare aux nombreuses vertus. Lôchetos n'est plus revenu à la ferme et suit les enseignements de la vieille femme en matière d'herboristerie. Il sort régulièrement pour identifier des plantes mais ses recherches sont souvent vaines. Il ne se décourage pas et Korydwen est bienveillante.
A la ferme fortifiée, chacun vaque à ses occupations. Owain et Rudolf partent chacun de leurs côtés à la chasse. Margs reste avec Ewan et le surveille d'un regard sévère. Le jeune Bhegelm semble sous le charme de la belle Morwenna. La chaire est faible et contrairement aux Drodanos, les Bhegelms ne sont pas soumis au célibat. Morwenna passe le reste du temps accompagnée de Malala. Les deux jeunes femmes ont une grande complicité. Mais que peuvent-elles se dire?
Yan Zin poursuit ses patrouilles dans les environs et a repéré désormais des lieux pour tendre des embuscades. Il a découvert aussi un endroit reculé près d'un torrent où il s'arrête pour méditer ou s'entrainer au sabre.
En fin de journée, Rudolf revient avec plusieurs lièvres. La chasse a été bonne. Il en profite pour les échanger contre quelques menues monnaies. Le soir arrive et un fête est organisée dans la maison principale de la ferme fortifiée. Tous le monde se réchauffe autour du feu et échange les nouvelles de la journée, tandis que ceux qui savent jouer d'un instrument se réunissent pour entamer de petits airs traditionnels.

11 Miz Kerzu

Gwion fait ses adieux a son maître Siarl Dylluan dit le Hibou. Celui-ci fait un dernier cadeau à celui qui était autrefois son apprenti. Il met deux grosses sacoches sur le cheval. Gwion prend la route, la curiosité le pique alors il regarde à l'intérieur. Un sourire traverse son visage, des outils d'herboristerie et d'alchimie. Des idées de recettes émergent dans sa tête. A la ferme, la journée commence par les bénédictions du Bhegelm Ewan et ensuite chacun part vaquer à ses occupations.

16 Miz Kerzu

Les jours se suivent calmement depuis l'arrivée à la ferme fortifiée et bien que le temps soit à la froidure, les voyageur sont heureux d''avoir trouvé un lieu où se poser. Cependant, cette situation ne peut pas durer indéfiniment et le groupe de voyageur ne peut pas peser sur les réserves hivernales de la place forte. Lôchetos est resté avec Korydwen depuis plusieurs jours. Chaque matin alors que le Soleil commence à se lever, il se rend à la ferme fortifié et essaie d’y pénétrer sans se faire repérer, il essaie de trouver divers passages ou une autre méthode pour éprouver la sécurité des lieux Il y parvient mais certaines de ses tentatives restent vouées à l'échec. Le but premier de ces visites est de prendre des nouvelles de ses compagnons et de voir s’ils ont besoin de quelconque aide à la ferme.
Il rentre ensuite chez la vieille femme et profite de son trajet retour pour chercher quelques plantes et ressources pouvant être utiles, en déposant toujours une partie près de l’autel de Sheggothlil et en remerciant la déesse pour sa guérison.Il essaie de surprendre Korydwen en arrivant pour voir si elle est sur le qui vive et ne risque rien concernant les brigands. qui maraudent dans les environs Dans la journée, il suit les enseignements de la guérisseuse et lui demande si elle peut d’apprendre comment préparer la coulemine et l’églantiane qu’il sait désormais reconnaitre. Il s’occupe aussi de lui faire à manger et je aide à l’entretien du logement. Le soir après le repas , il interroge Korydwen sur les légendes de son peuple et l’écoute attentivement en essayant de les mémoriser. Avant d’aller se coucher, il fait un tour autour de la propriété pour vérifier que personne ou quelque chose ne rode. Sa connaissance des plantes s’améliore doucement et outres quelques racines comestibles, il arrive désormais à trouver régulièrement des Coulemines et de l’Eglantiane.
De son côté Gwion, voyage depuis plusieurs jours dans des conditions bien plus confortables qu’à l’aller. L’usage de ses sorts lui permet d’allumer facilement des feux de camps et ses réserves qu’il a cette foie prévue, lui permettent de finir les journées le ventre plein. Il cherche aussi de son côté des plantes rares autour des lieux de ses campements.

18 Miz Kerzu

Gwion revient de son voyage mais est arrêté pour le vol du cheval du palefrenier Killian. De son côté Korydwen dit adieu à Lôchetos et lui apprend une prière capable de soigner les maux. Gwion est jugé le soir même à la Feurm Brelez par le Bhegelm Ewan. Il est reconnu coupable malgré les interventions de Lôchetos et Tiberius. Il accepte sa peine et une Leznen est prononcée contre lui. Il doit régler la somme de 60 pièces d'or équivalentes à un cheval et deux moutons et cela en une lune.

Ker-Saozon

19 Miz Kerzu

Alarig Pinvidic (Seigneur de Ker-Saozon), Azenor Le Moal(Noble), Beda Modiern (Bâtard de Goulvenig Moisan)
La caravane repart en direction de Ker-Soazon par une journée plutôt clémente. Profitant d'une pause durant le voyage, Gwion fait une belle cueillette de Cépates et découvre un anfractuosité dans la colline qui a l'air interessante. Il se promet d'y revenir. Durant le reste du voyage, Owain qui est en avant de la caravane repaire un petit groupe de cavalier qui les suit.
Ils arrivent en fin de journée à Ker-Saozon et sont accueillis par Alarig Pinvidic, Seigneur des lieux et futur mari de Morwenna.
Une soirée de réjouissance à lieu dans la demeure principale d'Alarig. Rudolf remporte un concours de bras de fer et ceci est l'occasion de gagner un peu d'argent et de se faire un peu de réputation.
Tiberius enivre et séduit une riche femme khernaëe de la noblesse locale du nom d'Azenor Le Moal. L'Alcante en profite pour voler une partie des bijoux de la femme. Durant la soirée, une personne fait irruption. Il s'agit de Beda Modiern, demi-frère de Morwenna et bâtard du Rek Goulvenig Moisan. L'homme semble peu fréquentable et ne cache pas son hostilité au mariage de sa demi-soeur avec le seigneur Alarig Pinvidic. Ces informations sont confirmées par les investigations d'Owain et Tiberius auprès des guerriers de Beda qui gardent les chevaux à l'extérieur. Pour fêter l'arrivée de sa nouvelle future épouse Alarig organise une partie de chasse au cerf le lendemain. Il fournit les montures et les armes pour la chasse. Beda est de la partie, ainsi que d'autres nobles, Owain, Tiberius, Rudolf & Lôchetos décident de rester sur leur garde car un accident de chasse est si vite arrivé. Avant le départ, Tiberius voit la belle Azenor et craint un instant son courroux suite au vol de son collier. Mais un sourire de celle-ci lui indique que l'incident est mineur par rapport aux enjeux de leur relation naissante.
Owain, Tiberius, Rudolf & Lôchetos font preuve d'une grande habileté pendant la chasse et après une course poursuite et de nombreuses occasion, un trait de l'arc de Lôchetos finit par stopper la course du Cerf. Lôchetos laisse l'honneur à Alarig d'achever l'animal et remercie la bête et les esprits pour sa combativité.
Le soir même, toute l'équipe est conviée par Alarig qui les remercie d'avoir mené à bien leur mission et leur remet une caisse de mille pièces d'argent. Il semble presser de voir partir l'escorte de Morwenna ce qui intrigue.

20 Miz Kerzu

Aberthol Vlatcano (Oncle de Lochetos), Britomartos Nantono, Caterto Macaro (Demi frère d'Owain), Dubnia Vosego (Amante d'Elusco), Elusco Gornoc (Cousin), Steonig Kergoat (Bijoutier), Taurilla Nantono, Veugno Balaeso Des messagers meldètes du clan Lugeto arrivent de la région de Geunddon avec de mauvaises nouvelles. Lôchetosapprend que son oncle Aberthol est alité avec une mauvaise fièvre et pourrait ne pas passer l'hiver. Lôchetos décide de retourner dans la région de Geunddon pour informer son chef de clan Lugeto des tournures politiques de Ker-Saozon et en profiter pour passer voir son oncle. Il demande si d'autres personnes souhaitent l'accompagner et achète des rations pour le voyage. Pendant ce temps, Tiberius essaie de trouver un contact pour développer son commerce lapidaire.
La journée est encore belle et les températures sont douces pour la saison mais de lourds nuages qui viennent de la mer annoncent des pluies importantes. Dans la ville de Ker-Saozon, les fêtes de Gohan et de la lumière se préparent car le lendemain a lieu l'équinoxe.  Gwion ne sort plus désormais que pour aller chercher des champignons et s'enferme immédiatement pour pratiquer l'herboristerie et fabriquer des onguents.

21 Miz Kerzu

Les nuages et le vents sont passés durant la nuit, laissant tomber des paquets d'eau sur les toits de Ker-Saozon. Le ciel s'est éclairci et des rayons de soleils caressent les rotondités anthracites des nuages qui franchissent avec difficultés les crêtes des Monts du Menezlatar. En ville, l'ambiance est à la fête et aux préparatifs. Des bêtes sont tuées en sacrifice et mises en broches pour le soir. Les Bhegelms passent dans les rues pour dispenser leurs bénédictions et recevoir les offrandes. Des rassemblements et des processions ont lieux au rythme du tambour et des chants traditionnels. Une fête à lieu le soir dans le centre du bourg de Ker-Saozon où la population s'amuse et s'enivre autours de grands feu pour les fêtes de Gohan. Azenor retrouve Tiberius en faveur de l'obscurité. Elle lui propose qu'il devienne son amant attitré sur la région de Ker-Saozon en échange de son affection, d'une maison et d'une rente. Tiberius, qui n'est pas insensible à sa beauté, son esprit et sa richesse accepte.
Azenor en profite pour lui présenter un bijoutier du nom de Steonig Kergoat avec qui il pourrait faire affaire à l'avenir. L'homme d'une cinquantaine de printemps est jovial et rempli d'hydromel. Il accepte et promet devant Azenor de lui faire des prix avantageux. De son côté Lôchetos planifie le voyage pour rejoindre la région de Geunddon et voir son oncle Aberthol avant qu'il ne soit trop tard. Gwion lui aussi souhaite faire ce voyage car les nouvelles ne sont pas bonnes et des calomnies contre sa famille ont entrainé le paiement d'une amende de 300 po pour éviter un conflit armé avec une autre famille. Le verdict ayant été prononcé par des Drodanos, il n'est pas question de le contester mais la véracité des accusations semblent douteuses car le petit cousin de Gwion, Elusco, est plutôt bel homme, et la femme de Britomartos, la grosse Taurilla, qui a la laideur d'une sorcière de contes pour enfant et la force d'un boeuf, ne semble pas correspondre aux goût du jeune homme. L'objectif est cependant d'éviter un conflit avec la famille Nantono.
Lôchetos, Owain et Gwion profite de la nuit pour parler d'une petite expédition qu'ils aimeraient faire avant de partir vers les marais de Geunddon. Alors que Gwion se plaint de sa situation financière, Owain le console en lui servant une cervoise et lui avouant que la même mésaventure arrive à sa famille pour les mêmes raisons et qu'une amende de 300 po a aussi été infligée à sa famille, les Macaro. Son demi frère, Caterto est en fuite, pour avoir fricotée avec la jeune Dubnia Vosego, initialement promise à Veugno Balaeso, le jeune fils d'une famille de meilleure extraction. Profitant de la fête de Gohan, Morwenna affranchie Malala Soa qu'elle considère comme son amie et lui donne un bracelet qui témoigne de sa liberté retrouvée. Elle prend à témoin Alarig Pinvidic son futur époux, Ewan, Margs et Yan Zin comme témoins de moralité.

La grotte

22 Miz Kerzu
Au lever du soleil, dans un air froid, les trois Meldètes, Gwion, Lôchetos et Owain prennent la route avec des bagages qu'ils achètent sur le marché. Owain fait aussi l'acuisition d'un âne. Ils prennent la direction d'un lieu repéré durant le voyage aller par Gwion lors de la pause. Il s'agit d'une anfractuosité dans la roche qui laisse à penser qu'il s'agit d'une grotte. Elle a la particularité d'avoir à son entrée des omaths peints que Gwion n'a pas réussi à déchiffrer. Deux dés Meldètes étant cruellement en besoin d'argent, ils espèrent y trouver quelques objets de valeur à revendre. Pour ce faire, ils n'en font pas mention aux autres, surtout pas à Margs qui est Khernaë et Bhegelm, pour ne pas avoir l'interdiction de cette visite et pour ne pas avoir à partager le butin. En partant de Ker-Saozon, ils discutent avec les gardes avant de reprendre le chemin du nord en direction de Feurm Brelez.
En fin de matinée, Owain repère un groupe d'homme qui les suit. Peu de temps après, une embuscade leur est tendue mais les voyageur la repère avant. Un groupe de six guerriers khernaë les attaque. Une furieuse mélée s'en suit où Owain défait deux adversaire, Lôchetos de même et Gwion un. L'Ambeanamos est cruellement blessé par un adversaire qui le frappe dans le bas du dos mais le sorcier a le temps d'hurler le nom de la déesse Sheggothlil avant de s'effondrer. L'un des Khernaë prend la fuite et malgré un trait bien ajusté d'Owain part en courant. Lôchetos le pourchasse tandis que l'autre fuit pour sa vie. La course poursuite dure plusieurs centaines de mètres mais Lôchtos finit par être distancé et s'arrête à bout de souffle.
Les voyageurs comprennent qu'ils 'agit visiblement d'hommes de main d'Alarig Pinvidic. Leurs compagnons ne sont donc peut-être pas en sécurité à Ker-Saozon.
Comme ils ne se trouvent pas loin de l'objectif, Owain décide d'emmener Gwion près de la grotte et d'établir un campement tandis que Lôchetos retourne à la ville pour avertir ses compagnons du risque qu'ils courent.
Owain installe donc un campement et lors de ses préparatifs, entend un chant étrange et féminin qui s'échappe de la grotte. Il s'en éloigne inquiet de déranger un fantôme. Pendant ce temps, Lôchetos qui a décapité les corps de ses adversaires, repart avec cinq têtes qu'il à l'intention de planter à proximité de la ville pour passer le message à Alarig. Il retourne donc à Ker-Saozon. IL ne réussit à retrouver que Tiberius et Margs qui avaient évoqué le souhait de les accompagner dans leur voyage pour Geunddon. Malala et Yan Zin sont au palais d'Alarig et cela est trop risqué quant à Rudolf le Melg, il est introuvable dans la ville. Ils partent donc après être passé aux écuries pour récupérer le chevaux promis par Morwenna en prêt pour leur voyage. Pendant ce temps, Owain est intrigué par la grotte et propose à Gwion de faire une visite sommaire d'autant que celui-ci a du mal à marcher depuis sa blessure. Par mesure de sécurité, ils emmènent l'âne avec eux, histoire qu'il ne soit pas dévoré par un ours. Dans la grotte, ils avancent prudemment mais découvre qu'elle a été utilisée dernièrement par plusieurs hommes qui avaient des gros chiens.
S'avançant plus profondément, Owain et Gwion découvrent un entrepôt de vivres constitué de 12 sacs de 20 kg de farine enfermés dans des caisses et de 7 tonnelets d'hydromel. S'enfonçant plus profondément encore, ils découvrent une salle étrange dans laquelle est déployée une tente comme ils n'en ont jamais vu avec des signes qu'ils ne comprennent pas. Sous cette tente, ils découvrent un cercueil métallique sur un tapis entouré de coussins. Ce cercueil à une petite grille au niveau au niveau de la tête et ils découvrent avec horreur qu'une jeune femme est prisonnière à l'intérieure. Elle a des yeux de nacre. Elle parle une langue inconnue. Des odeurs d'urine et d'excrément indiquent que la jeune femme est enfermée depuis longtemps. Le cercueil est en métal finement ouvragé et il n'y a pas de moyen de l'ouvrir.
Poursuivant leur fouille, ils découvrent des tablettes d'argile et des parchemins dans des étuis de cuir ainsi que des coffres de bois plaqués d'or remplis de pièces frappées dans une langue inconnue. Gwion se rend compte que les parchemins sont des sorts et que dans les textes, il reconnait des signes semblables à ceux que portent Margs sur ses tatouages, c'est à dire, le cercle de Kernac.
Ils en déduisent qu'il s'agit de l'antre d'un sorcier et décident de ressortir pour en pas se faire piéger, d'attendre le sorcier pour l'embusquer et de retourner avec les compagnons dans la grotte.

23 Miz Kerzu

Dans le courant de la nuit, Tiberius, Lôchetos et Margs arrivent au campement. Margs lit les Omaths peint à l'entrée et confirme qu'il s'agit de la langue sacrée khernaée. Il voit en ces textes une défense magique et informe que le propriétaire de la grotte a été informé de l'intrusion.
Ils décident alors de piller la grotte et d'emmener le cercueil qu'ils n'arrivent pas à ouvrir. Il y a assez de chevaux pour tout porter.
Tiberius peste en voyant la tente et les écritures, ainsi que la couleur de peau de la jeune femme. Il s'agit de biens et de personnes venant des royaumes de Shaia. Il ne connait cependant ni la langue, ni l'écriture.
Ils récupèrent donc 15 000 pièces de cuivre, 4000 pièces d'argent, 500 pièces d'or, 100 pièces d'electrum et 1 pièce de platine. Il y a aussi 200 pièces d'or de matériel de rituel en bougies et en encens.
Margis lit les tablettes dont des parcelles sont écrites en Omath et dans une langue que personne ne connait. Il semble qu'un complot se prépare contre le cercle de Kernac. Il est fait mention du cercle de la nuit, de pierre d'âme, d'une arme ...
Les compagnons quittent les lieux après avoir désaltérée la jeune femme. Ils s'éloignent le plus possible de la grotte et se dirigent en direction de l'Ouest pour passer par la ville portuaire de Kerzu avant de remonter sur les terres marécageuses du clan Geunddon.

Kerzu

27 Miz Kerzu

Après quatre jours à battre la campagne, la jeune femme n'est toujours pas libérée de sa prison métallique. Gwion est pris de fièvres, certes pas inquiétantes pour l'instant mais sa blessure au bas du dos n'est toujours pas guérie. Après, un court voyage depuis leur dernier campement, le groupe est en vue de la ville portuaire de Kerzu. Les toits d'ardoise froment une tâche grise qui se confond avec la couleur sombre de la mer. Au large, des bateaux de pêche avec des voiles rouges, naviguent dans les vagues à la recherche de banc de maquereaux.
Lôchetos, Margs et Gwion se rendent en ville. Kerzu est une ville portuaire avec beaucoup d'activité. Il y a des bateaux marchands qui viennent de loin, certains de l'empire et d'autres même des royaumes de Shaia. Gwion prend une chambre dans une auberge familiale avec formule "lit & diner". Il passe toute la journée à dormir dans un lit enfin confortable, au début à grelotter, puis la fièvre l'abandonnant, il se repose paisiblement. La balafre dans son dos ne sera bientôt que le seul souvenir de cette mésaventure.
Margs se met en quête d'un forgeron qu'il trouve au quartier du port. Il fait l'acquisition de grosses pinces et espère que cela sera suffisant pour déchirer le métal. Des on côté, Lôchetos repère des marchands mais aussi des courtiers avec qui s'engage à faire affaire. Profitant de ces contacts, il apprend que beaucoup de Khernaës sont venus depuis le printemps dernier. Il s'agit toujours du même groupe et ils montent à bord de bateaux marchands shahims. Concernant Alarig, il n'y a rien de particulier sinon qu'il est connu pour son ambition mais que c'est un roitelet des montagnes vu depuis Kerzu. Après avoir pris des nouvelles de Gwion à l'auberge, Margs et Lôchetos retournent à la périphérie de la ville avec les grosses tenailles pour tenter de libérer la jeune prisonnière. Les premières tentatives échouent malgré les espérance suscitées par les moyens déployés mais même la force de Margs n'arrive pas à bout de l'étrange coquille de métal.

28 Miz Kerzu

Gwion rejoint l'équipe en périphérie de la ville portuaire et apprend que les tentatives de libération ont échouées. Le temps est peut-être compté pour la jeune femme. Tandis que Margs se propose de refaire des tentatives le matin malgré les courbatures. Dans l'obscur crâne de Gwion émerge une idée. Il se propose d'apprendre un puissant sortilège qui permettrait de faire fondre le métal. Il a cependant besoin de la journée pour l'étudier. Il rentre à l'auberge pour étudier le sort pendant que Margs et ses compagnons essaient de vaincre la carapace de métal. Une matinée d'effort en vain plus tard, le groupe est rejoint par Rudolf qui était parti de Ker-Saozon le 23 Miz Kerzu en rentrant de forêt et en se rendant compte (par des indices discrets laissés par Lôchetos) que ses compagnons étaient partis en urgence. Il a remonté leur piste ne les pistant sans trop de difficulté. C'est donc le 28 dans la journée qu'il arrive et prend connaissance de la situation et de l'étrange posture de la jeune femme.
Gwion revient avec des petits oeufs de caille qu'il a enchanté durant la journée et les brise sur la base du cercueil. Un liquide acide commence à percer le métal et à fumer. Gwion se recule vivement pour éviter les vapeurs toxiques. Finalement, à force de percer le métal avec l'acide, Margs finit le travail. La jeune femme est extraite de son tombeau de métal. Elle est très faible et ne tient pas debout. Son corps est souillé. Elle est amené près d'un cours d'eau où elle est lavée à grande eau. Le soir même, le groupe se dirige vers la ville de Kerzu, Margs portant la jeune femme sur ses épaules. Ils décident de se reposer quelques jours à l'auberge et de recueillir quelques informations.

31 Miz Kerzu

Après quelques jours de repos à l'auberge, il est temps de repartir. Le voyage aura lieu dés le changement de cycle, afin de partir sur de bonnes augures. La ville de Kerzu est une ville portuaire pleine d'activité, même malgré la saison. Le chants des corbeaux de la campagne a laissé la place au cri des mouettes et le ressac des vagues dans le lointain rythme les journées sans arriver à couvrir le tumulte de l'activité humaine.