Chroniques du loup gris

Cette section raconte les aventures de :

  • Alf l'Holtseidar
  • Gwion l'Ambeanamos
  • Knuth le Jörghal
  • Lôchetos le Llawenos
  • Malala Soa la Shangharah
  • Margs le Bhegelm
  • Owain le Gwylwir
  • Pywed le drodan
  • Rudolf le Skell
  • Sawrina La Nayane
  • Shine Hame Le Sohoten
  • Taron Le Ior
  • Tiberius l'Astartes
  • Yan Zin le Seibahkami. Telles qu'elles ont été rapportées.

Miz Genver du 722° cycle du calendrier Alcante

Dif’alquadim

2 Miz Genver
Le sorcier dans sa caravane aperçoit enfin la fameuse pyramide. À sa vue, les deux hommes comprennent et refusent de s’en approcher plus, malgré les menaces de l’ambeanamos, et se voit contraint de poursuivre sa route seule. Ses hommes l’attendent, pour éviter des menaces extérieures, bien éloignés de la pyramide. Gwion arrive à la porte de Dif’Alquadim. Malgré la difficulté, il se remémore les symboles dessinés par Lôchetos pour ouvrir la porte.
- Puissant lieu, accorde moi la chance et ta protection une fois entré. ».

Bien que ces paroles ne soient pas magiques, le sorcier ne peut s’empêcher de les prononcer comme une formule protectrice. En effet, les engeances démoniaques ont été chassées il y a plusieurs semaines de cela, mais il ne sait pas ce qu’il pourrait trouver à l’intérieur de ces murs désormais. Les portes s’ouvrent et laissent un passage. Il n’avait pas pensé à prendre une torche, mais qu’importe, ses yeux savent voir dans le noir s’il le souhaite. Il arrive dans la salle centrale, quelque peu angoissé, mais rassuré lorsqu’il comprend qu’il n’y aura pas d’apparition. Le sorcier dresse un petit autel au centre de la salle où il installe la pierre précieuse. Il compte les heures jusqu’à ce que le nuit tombe. Il a calculé son voyage, pour qu’à cette nuit il puisse faire son puissant rituel, profitant de cette nuit sans lune, phénomène naturel et récurrent mais qui offre cependant une grande puissance magique pour certains sorts. La nuit commence, et un vent se lève, faisant penser à des fantômes murmurant entre les failles de la pyramide. Le sorcier brûle de nombreux encens, tous plus chers les uns que les autres. Il sait qu’il pourrait vivre un an avec cet argent sans avoir de privations trop grandes. Mais pour lui, la puissance prime sur une vie paisible. Les fumées des encens prennent la place dans toute la salle, réduisant sa vision à la distance de son bras. Il commence le rituel:

- Oh Dif’Alquadim ! Puissant lieu sombre, plus obscurci que jamais par cette nuit sans lune, entend ma parole et accepte de nourrir cette pierre, symbole de lumière parmi les ténèbres ! Nourrit la, que sa splendeur se mêle à la magie profane des sorciers qui habitèrent ce lieu et la magie profane qui appartient au sorcier ici présent qui scande ces incantations ! Pierre, soit réceptacle ! Pierre, soit canalisatrice ! Pierre, soit magie !

La voix de Gwion résonne étrangement dans ce lieu. Elle sonne à la fois cristalline et à la fois mate. Il lui semble que son sort ne fonctionne pas. Lorsque soudainement il se sent vidé de son énergie. Ces quelques instants lui semblent durer une éternité, et au moment où ce supplice s’arrête, il défaille et se sent vidé d’au moins la moitié de son énergie si ce n’est plus. C’est aussi la première fois pour lui qu’il lance un sort aussi puissant, et il doute que son maître en ait un jour jeté comme celui-ci.
L’atmosphère est changée, preuve que le sort fonctionne. Le sorcier laisse la pierre s’alimenter dans la pyramide et il s’en va de ce lieu qu’il scelle soigneusement : un vol serait pour lui une véritable honte. Il rejoint ses hommes de gardes, étonnés de son état mais qui se gardent bien de faire un quelconque commentaire. Il repartent dans la nuit vers la colonie.